La mixité en 2024

IMCP

La mixité, c’est-à-dire la présence équilibrée des femmes et des hommes dans les différents niveaux hiérarchiques et métiers de l’entreprise, est un sujet qui concerne à la fois les salariés, les employeurs et la société dans son ensemble. En effet, la mixité présente de nombreux avantages, tant sur le plan économique que social, et répond à des obligations légales et éthiques. Quelles sont les formes, les obligations et les intérêts de la mixité en entreprise ? Voici quelques éléments de réponse.

 

Les formes de la mixité en entreprise

 

La mixité en entreprise peut se décliner selon plusieurs dimensions :

    • La mixité verticale, qui concerne la répartition des femmes et des hommes dans les postes de direction et de responsabilité. Elle vise à favoriser l’accès des femmes aux postes de pouvoir et à réduire les écarts de rémunération et de carrière entre les sexes.
    • La mixité horizontale, qui concerne la diversification des métiers exercés par les femmes et les hommes. Elle vise à lutter contre la ségrégation professionnelle et à valoriser les compétences de chacun, quel que soit son genre.
    • La mixité culturelle, qui concerne la prise en compte de la diversité des origines, des cultures et des parcours des salariés. Elle vise à promouvoir le dialogue interculturel et à enrichir la créativité et l’innovation de l’entreprise.

    •  

    •  

    Les obligations de la mixité en entreprise

    La mixité en entreprise n’est pas seulement une question de volonté ou de bon sens, c’est aussi une obligation légale et réglementaire. En France, plusieurs lois ont été adoptées pour encourager la mixité et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, notamment :

     

    • La loi Copé-Zimmermann de 2011, qui impose un quota de 40 % de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises cotées et non cotées.
    • La loi Rixain de 2021, qui étend le principe des quotas aux comités exécutifs et aux comités de direction des grandes entreprises.
    • La loi Avenir professionnel de 2018, qui instaure un index de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, basé sur cinq indicateurs (écart de rémunération, écart de taux d’augmentation, écart de taux de promotion, pourcentage de salariées augmentées à leur retour de congé maternité, nombre de femmes et d’hommes parmi les dix plus hautes rémunérations).

    •  

    Ces lois visent à inciter les entreprises à respecter le principe d’égalité de traitement et à sanctionner celles qui ne le font pas. Elles s’inscrivent également dans le cadre des engagements internationaux de la France, notamment la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

     

    Les intérêts de la mixité en entreprise

     

    Au-delà des obligations légales, la mixité en entreprise présente de nombreux intérêts, tant pour les salariés que pour les employeurs et la société. Parmi ces intérêts, on peut citer :

      • La performance économique : selon plusieurs études, la mixité favorise la rentabilité, la productivité, la croissance, la compétitivité et la réputation des entreprises. Elle permet également de mieux répondre aux besoins et aux attentes des clients, qui sont eux-mêmes de plus en plus diversifié
      • La performance sociale : la mixité contribue à améliorer le climat social, la motivation, l’engagement, la fidélisation, la satisfaction et le bien-être des salariés. Elle permet aussi de réduire les risques de discrimination, de harcèlement, de conflit et de turnover.
      • La performance sociétale : la mixité participe à la promotion de l’égalité, de la justice, de la citoyenneté, de la démocratie et des droits humains. Elle contribue aussi à la lutte contre les stéréotypes, les préjugés, les inégalités et les violences de genre.

      •   

      Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les liens suivants :